Journée internationale des femmes


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FREE ANGELA AND ALL POLITICAL PRISONERS

 

SAMEDI 8 MARS / 16H00 / ARDITI

 

De Shola Lynch, Etats-Unis/France, 2012, 101’, vo ang, st fr

Documentaire de création

 

Coupe afro, révolutionnaire engagée dans les Black Panther, le parti communiste, les mouvements féministes, cette professeur de philosophie a galvanisé dans les années 70 une génération entière. Le film de Shola Lynch retrace le parcours de cette femme hors du commun. Engagement, piège, complot... Angela a notamment été accusée d’avoir fourni les armes utilisées dans le meurtre du juge Harold Haley de la court du Marin County. La jeune Black Panther devient dès lors l’une des dix personnes les plus recherchées par le FBI.                                                                                                                                

40 ans après un procès hautement médiatisé, Angela revisite son rôle de leader dans le mouvement des droits civiques et sa lutte pour les prisonniers politiques et contre le racisme. Captivant, ce documentaire contient tous les éléments d’un bon thriller. Images d’archives, articles de l’époque, séquences télévisuelles et interviews exclusives d’Angela et de sa sœur illustrent la ferveur révolutionnaire de l’époque et constituent un volet passionnant de notre histoire récente.

 

8 mars / 16h00 / Auditorium Arditi

10 mars / 19h00 / Grütli Langlois

     

LIGHT FLY, FLY HIGH

 

SAMEDI 8 MARS / 18H00 / GRUTLI


Co-présenté par la Ville de Genève, la Fondation Womanity
 et le Bureau Egalité de l’UNIGE Intervenants : Maria Bobenrieth, Laurence Fischer, Marco Tuberoso, un représentant du CIO Modération : Laurence Bezaguet

Documentaire de création

 

Thulasi rêve d’être libre et de vivre de sa passion : la boxe. Mais ce n’est pas le genre de destin auquel peuvent prétendre les femmes indiennes, en particulier les «Dalits». Cette indépendance dont elle rêve, la jeune fille compte bien l’obtenir par la force de ses poings. Mais entre les pressions de son entourage pour qu’elle se marie et les avances déplacées de son entraineur, de nombreux obstacles se dressent sur sa route, en dépit de son talent.                               

Grâce à une caméra au plus près de l’action, ce documentaire nous entraîne, au rythme des poings de la jeune boxeuse, dans son combat pour la liberté, tant sur le ring que dans sa vie de tous les jours. Un parcours jetant la lunière sur une société où les opportunités sont rares pour qui appartient à une classe sociale inférieure, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une femme. En suivant Thulasi durant trois ans, Østigaard et Hofseth dressent le portrait d’une héroïne de la vie quotidienne. Une source d’inspiration pour qui cherche la force de vivre avec ses différences.

 

 

8 mars / 18h00 / Cinémas du Grütli En présence de Beathe Hofseth Entrée libre

10 mars / 21h00 / Grütli Langlois

12 mars / 13h30 / Grüti Simon Programme pédagogique, suivi d’une discussion

14 mars / 15h00 / Le Scandale, Entrée libre



   

 

BANAZ A LOVE STORY

 

SAMEDI 8 MARS / 14H00 / GRUTLI

 

De Deeyah Khan, Royaume-Uni, 2012, 70’, vo ang, st fr (OMCT)

 

Banaz A Love Story est un film documentaire relatant un acte d’une horreur inouïe, le crime d’honneur dont est victime Banaz Mahmod, une jeune femme britannique, retrouvée sans vie dans la banlieue de Londres en 2006.
                                                           

Réalisé et produit par Deeyah Khan, le film relate l’histoire d’amour de Banaz et le complot de ses parents pour la faire disparaître, avec l’approbation et l’aide d’une grande partie de la communauté kurde. Cette affaire a choqué le monde entier et a bénéficié d’une large couverture médiatique au niveau international. Des séquences jamais vues, obtenues après des années de recherche et grâce au travail extraordinaire des officiers de police qui ont résolu l’affaire, rendent ce documentaire d’autant plus révélateur. La réalisatrice s’attache notamment à dépeindre l’intensité, la beauté et le courage de Banaz pour suivre son amour.

 

8 mars / 14h00 / Grütli Langlois








 

THE INVISBLE WAR

 

SAMEDI 8 MARS / 21H00 / GRUTLI

 

De Kirby Dick, Etats-Unis, 2012, 95’, vo ang, st fr (OMCT)

 

The Invisible War est une investigation de terrain sur un des secrets le mieux gardé et source de honte aux Etats-Unis : les viols récurrents au sein de l’armée américaine. Le film dépeint de manière saisissante ce problème grandissant – aujourd’hui, une femme soldat sur le terrain a plus de chance d’être violée par ses pairs que d’être tuée par un tir ennemi.                                                                                                                                      

Le département de la Défense estime à 19’300, soit 80%, le nombre effarant de recrues de l’armée agressées pour le seule année 2010. Se concentrant sur la force émotionnelle des histoires de plusieurs victimes, le film est un réquisitoire de l’étouffement systématique de ces crimes sexuels perpétrés au sein de l’armée, et un plaidoyer pour le combat de femmes qui luttent pour se reconstruire et obtenir justice.   Du réalisateur nommé aux Oscars et aux Emmy, Kirby Dick, le film présente des interviews percutantes de militaires haut-gradés et de membres du Congrès. Il dénonce la combinaison des facteurs expliquant la pratique du viol dans l’armée, sa longue histoire cachée, et suggère ce qui peut être fait pour parvenir à faire changer les choses.

 

8 mars / 21h00 / Grütli Langlois




 

 

 

 

 

 

 

 

THE PRICE OF SEX

 

SAMEDI 8 MARS / 21H00 / ARDITI


Co-présenté par la fondation OAK,
Pro Victimis et le Bureau Egalité UNIGE

Intervenants : Madeleine Rees, Daniela Misail- Nichitin, Mariana Katzarova
Modération : Fabienne Bugnon

De Mimi Chakarova, Etats-Unis, 2011, 73’, vo russe/roumain/turc, st ang/fr (HC)

 

La réalisatrice et photojournaliste Mimi Chakarova enquête sur la traite de jeunes femmes d’Europe orientale. Raconté à travers les témoignages de survivantes, le film donne la parole à ces femmes stigmatisées et réduites au silence. En sus du récit personnel de la réalisatrice, les trafiquants, les clients et les militants anti-trafic donnent un éclairage supplémentaire sur les causes profondes, les connexions complexes et les proportions hallucinantes que revêt l’esclavage sexuel en Europe aujourd’hui. Une caméra engagée, sans concession, avec une réalité sordide captée entre Athènes, Istanbul ou Dubaï, mais qui sait rester pudique.

 

8 mars / 21h00 / Auditorium Arditi

 

 


 

 

  WAR BABIES

 

SAMEDI 8 MARS / 14H30 / GRUTLI


Co-présenté par le DFAE, la Fondation OAK et le Bureau Egalité de l’UNIGE

Intervenants: Louise Doswald-Beck, Nelly Staderini, Julienne Lusenge Modération : Eric Sottas

De Raymonde Provencher, Canada, 2002, 92’, vo ang, st fr (HC)

 

Depuis que les hommes se font la guerre, les femmes constituent un butin pour les armées conquérantes. Au 20e siècle, que ce soit au Nicaragua, en Corée du Sud, au Rwanda, au Bangladesh ou en Bosnie- Herzégovine, le même drame s’est répété inlassablement, les milliers de femmes violées ont étouffé les mêmes sanglots. Ces femmes ne sont malheureusement pas seules à vivre leur drame : entraînant souvent avec elles des enfants nés de ce crime haineux, perpétré par des soldats ivres de pouvoir et de violence. Qu’ils aient pour prénoms Ryan, Hayling ou Akimana, qu’ils soient blancs, noirs ou métissés, leur histoire est un survol douloureux de la carte des dernières guerres qui ont ravagées notre planète.

 

8 mars / 14h30 / Grütli Simon